La collection hiver est arrivée ! Elle va même s’étoffer ! N’hésitez pas à revenir !

a
  >  Marché du vêtement   >  Empoisonnement vestimentaire
article empoisonnement vestimentaire

Empoisonnement vestimentaire

L’empoisonnement vestimentaire se fait par les produits toxiques incrustés dans nos vêtements. Ces produits, tels que les composées perfluorés=PFC, métaux lourds, nano-matériaux, nonylphénol éthoxylé, chlore, phtalates, formaldéhyde, polybromodiphényléthers (PBDE), etc., divers résidus chimiques et substances se retrouvent dans les vêtements traités et ils entrent dans notre peau par nos pores et sont responsables de nombreuses maladies.

Bien sûr, il existe une loi *sur l’étiquetage des textiles qui stipule que l’étiquette de composition doit indiquer le nom et le pourcentage des différentes fibres textiles présentent dans le vêtement. Mais il n’y a aucune obligation légale à noter les procédés de traitement sur l’étiquette du vêtement, les fibres représentant moins de 15% de la composition du produit peuvent être désignées par les termes « autres fibres » donc impossible d’avoir des informations sur les ajouts.

illustration article empoisonnement vestimentaire

Les polybromodiphényléthers (PBDE)

Ils altèrent la tension, la mémoire et l’apprentissage, même à doses minimes. Au contact de la peau, les PBDE pénètrent dans le corps…..et chez la femme enceinte, ces substances migrent même jusqu’au fœtus, puisque des études ont permis d’en retrouver dans les cordons ombilicaux.

Les composés fluorés (PFC)

Ils sont des perturbateurs endocriniens, ils provoquent entre autres des problèmes d’infertilité et favorisent le développement de cancers.

 

Le formaldéhyde

Utilisé pour la fixation des couleurs, c’est une substance cancérogène avérée pour l’homme par le centre international de recherche sur le cancer. Le formaldéhyde provoque entre autres des irritations des yeux et affecte les voies respiratoires. Il accroît le risque de pathologies asthmatiques et de sensibilisation allergique,

 

Le nonyphénol éthoxylé

C’est aussi un perturbateur endocrinien.

Pourquoi toutes ces substances ?

Notre société voulant toujours plus, toujours mieux, le « marketing » ou manipulation psychologique est apparu……Alors les vêtements sont traités pour être plus doux, plus beaux, infroissables, pour leur donner de la tenue, plus résistants, imperméables, faciles à laver…..Bien sûr dans certains cas, ces particularités sont vraies mais……non essentielles.

Ces traitements effectués sur les textiles sont récents dans l’histoire. Par exemple, au début du XXe siècle, les pêcheurs de l’Atlantique portaient des vêtements en laine non traitée qui leur donnaient un certain degré d’imperméabilité naturelle .

Pour se protéger de cet empoisonnement vestimentaire, il faut acheter des vêtements écologiques, bio. Il faut privilégier les vêtements labelisés par des labels fiables et indépendants tel que le label GOTS. C’est le seul label qui garantit que le textile est exempt de substances nocives et qui garantit le bien être de la planète et intègre les aspects sociaux tous les intervenants tout le long du processus de fabrication.

Les vêtements non traités ont aussi des avantages (autre que celui primant normalement sur nous tous, ils ne polluent pas notre organisme), ils absorbent mieux voire totalement la transpiration, ils régulent parfaitement la température corporelle, ils protègent très bien des odeurs de transpirations.

Ils existent d’autres moyens naturels de faciliter le repassage, de nettoyer un vêtement. Internet regorge d’astuces !

substance article empoisonnement vestimentaire

Le coton bio

C’est une fibre végétale naturelle qui entoure les graines des cotonniers. Il est cultivé sans pesticide, insecticide ou produit chimique. C’est le compost naturel qui remplace les engrais chimiques et ni chlore, ni métaux lourds sont utilisés dans le processus de fabrication. La culture du coton bio nécessite beaucoup moins d’eau que la culture du coton traditionnel, parce que les sols sont plus riches du fait de l’utilisation du compost, et donc retiennent mieux l’eau de pluie et comme aucun pesticide n’est utilisé, il y a là encore un gain en consommation d’eau puisqu’il faut une quantité d’eau importante pour diluer les pesticides. Et les sols ne sont pas pollués.

Le coton bio est hélas plus cher, car pour la même surface, le rendement d’une culture de coton bio est moins important que celui d’une culture de coton traditionnel. Il faudra que l’impact environnemental et sanitaire soit pris en compte pour que le coton bio soit moins cher. Attention au bio pas cher qui commence à fleurir, il y a de l’exploitation humaine derrière le prix !

Il y a un problème majeur dans la culture du coton bio, il s’agit du transport (impact carbone). En effet, le coton bio se cultive souvent en dehors de l’Europe, dans des pays où le climat est plus adéquat à sa culture. Cependant, de belles initiatives voient le jour, du coton bio est cultivé depuis peu en Grèce mais également en France, dans le Gers. La production n’est pas encore très importante mais il faut un départ à tout changement.

coton article empoisonnement vestimentaire

Le lin

C’est aussi une fibre végétale. 80 % de la production mondiale est réalisée sur le sol Français, plaçant ainsi la France au 1er rang de la production du lin au monde.

Le lin est une matière écologique, sa culture demande peu d’eau . La culture du lin permet d’absorber les émissions de gaz à effet de serre (un hectare de lin absorbe jusqu’à 3,7 tonnes de CO2.

Le lin est thermorégulateur, hypoallergénique et antibactérien. il est solide et durable. Il peut donc être facilement recyclé, même si il est également biodégradable.

Malgré toutes qualités, le lin représente 2,4 % de la production mondiale de fibre naturelle alors que le coton représente 75 %…..

Afin d’être certain d’acheter du lin qui n’a pas parcouru le monde pour être transformé, orientez vous vers le label Masters of Linen. Ce label certifie que le lin n’est pas sorti d’Europe.

lin article empoisonnement vestimentaire

Sinon, une solution : achetez vos vêtements chez des artisans éthiques locaux !

De plus, les vêtements cousus dans des tissus BIO ne déversent pas, lors des lavages en machine, de micro-plastique ou de matières toxiques dans l’eau et dans les mers et océans.

* Texte de référence :Règlement (UE) n°1007/2011 du Parlement européen et du Conseil du 27 septembre 2011 relatif aux dénominations des fibres textiles et à l’étiquetage et au marquage correspondants des produits textiles au regard de leur composition en fibres (JOUE du 18 octobre 2011),

 

artisan article empoisonnement vestimentaire